Portrait de l'interviewé

Guy Martin

Il se souviendra toujours du 22 avril 2010. Au Château des Ducs de Savoie, à Chambéry il a, avec tout le talent qu'on lui connaît, participé à un événement historique, le repas d'honneur pour célébrer la réunion de la Savoie et de la France. Le savoyard qu'il est -natif de Bourg Saint Maurice- a pu, dans cette circonstance exceptionnelle, montrer tout son talent.
Une occasion de plus d'affirmer ses racines régionales. Et quand on l'interroge sur cette demande des chefs français de voir notre gastronomie inscrite au patrimoine, il cite immédiatement "le biscuit de Savoie". Ce seul exemple résume cette démarche. Le biscuit est un plat paysan, fait pour être dégusté pendant plusieurs jours, en même temps il s'enrichit de safran, preuve que ce sont les mélanges qui subliment la plupart des plats "français".
Guy Martin évoque ce biscuit confectionné par sa grand-mère avec de la lumière dans les yeux. On sent en lui l'artisan, le passionné, le maître.
Guy Martin depuis 1984 a reçu toutes les récompenses ici et de l'autre côté de la planète, au Japon notamment. Sa passion pour le patrimoine ne se limite pas aux délices de l'assiette, à chaque seconde en effet au Grand Véfour, là où il officie à Paris, il peut admirer deux siècles d'histoire. Nous sommes au Palais Royal, au coeur de la capitale, dans l'un des plus beaux endroits au monde qui puisse accueillir celles et ceux pour qui manger doit être une fête, et un moment d'exception, chaque fois que cela est possible.
Parce qu'il voyage beaucoup Guy Martin sait que la gastronomie française mérite une très grande attention, face à d'autres talents qui s'expriment désormais partout. C'est son quotidien, et c'est un très grand pari pour les années qui viennent. Sans arrogance, mais avec fermeté il défend une cuisine... incomparable !
Pascal Delannoy 19 septembre 2010