Alimentation

Acheter les yeux ouverts

Le Salon de l'Agriculture, pour les consommateurs toujours plus attentifs

Ecouter

A la veille de Noël il avait expliqué pour Défi Futur à quel point il est incongru d'acheter des fraises en plein hiver. Des fruits "industriels" comme il les appelle, chers et en plus sans beaucoup de goût.


Le Salon de l'Agriculture à Paris nous donne aujourd'hui une nouvelle occasion de l'écouter.


Avec mesure mais détermination il nous fait comprendre à quel point, sur les marchés, ou quand nous poussons la porte d'un magasin nous pouvons utilement prendre les quelques secondes de réflexion nécessaires pour nous interroger : "Est-il raisonnable d'acheter ces fruits ou ces légumes ? D'où viennent ils ? Et sont ils tout simplement de saison ?"


Et comme nous sommes des millions et même quelques centaines de millions voire plus à vivre cette situation plusieurs fois par semaine, notre pouvoir de consommateurs est immense !


Pascal Delannoy 20 février 2011


 ©Reuters

Des fraises à Noël, et autres aberrations

En finir avec de graves erreurs dans notre alimentation

Ecouter

Quand on dit de lui qu'il est "un Père Fouettard" Claude-Marie Vadrot accepte l'image, surtout, quand son cousin le Père Noël nous tente avec des fruits venus du monde entier, qui ne poussent pas ici.


Ce grand spécialiste de l'environnement nous propose une enquête édifiante : "Des fraises en hiver"... sous-titre : "Et autres besoins inutiles de notre alimentation".


Les fraises c'est le point de départ. Nous en consommons en France 130.000 tonnes par an mais combien d'entre nous savent ils que 80.000 tonnes sont importées, le plus souvent l'hiver. Provenance, surtout l'Espagne et l'Andalousie.


Tout cela coûte très cher, et pas seulement à nos porte-monnaie. Il faut pomper l'eau de ces régions, doper les fruits avec des produits chimiques, et amener le tout avec des camions ou des avions. Coût humain également. La main-d'oeuvre vient souvent d'Afrique, mal payée, mal considérée.


Et pourtant les français adorent ces fruits. Mais le mouvement peut se retourner. Claude-Marie Vadrot est confiant, peu à peu nous changeons d'attitude.


Pascal Delannoy 19 décembre 2010


http://www.delachauxetniestle.com


©Reuters

 
Nourrir la planète : l'engagement de 2015

Cette semaine la FAO fait le point sur les promesses du sommet du millénaire

Ecouter

 


C'est plus qu'une promesse. C'est un engagement. Il a été reconfirmé à New York récemment pendant l'assemblée de l'ONU.


Compléter ce qui a déjà été fait depuis 10 ans pour lutter contre la faim dans le monde et réduire la liste des pays toujours confrontés à cette situation. Aujourd'hui ils sont encore 33.


On connaît le chiffre dans toute sa brutalité. 1 milliard de personnes souffre de malnutrition. C'est le bilan de 2009, volontairement arrondi, car il semble que cette situation s'améliore, à la marge, peu à peu.


Deux pays en tout cas montrent l'exemple. Le Brésil de Lula a réglé ses problèmes, et en Afrique le Malawi a complètement renversé la tendance. Il est même capable aujourd'hui d'aider ses voisins.


Reste une réalité. La facture alimentaire en Afrique Noire a été multipliée par 5 ou 6 et certains pays comme le Mozambique traversent une situation particulièrement difficile.


Pour Défi Futur le point avec Jacques Diouf, Directeur général de la FAO


Un grand merci aux photographes qui participent à ce dossier :


©FAO / Giulio Napolitano (Ethiopie)


©FAO / Giuseppe Bizzarri (Tanzanie, Swaziland)


 ©FAO/ Thony Belizaire (Haïti)


http://www.fao.org


 Pascal Delannoy 10 octobre 2010


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 


 COMMUNIQUE DE PRESSE TERRE DES HOMMES SUISSE                 Lausanne, le 8 octobre 2010



Terre des hommes en appelle à tous les ménages de Suisse


Aidez-nous à combattre la faim inacceptable des enfants



Un enfant meurt encore toutes les six secondes sur la planète, à cause de problèmes liés à la malnutrition. « La faim des enfants est inacceptable. Aidez-nous à la combattre ! » L’appel de Terre des hommes (Tdh) parvient aux habitants de Suisse ces prochains jours. Rendant compte de ses résultats, Tdh consolide l’impact de son action nutritionnelle auprès des enfants et des mères, en renforçant l’autonomie des communautés.
« Nous évitons autant que possible la prescription d’aliments thérapeutiques industriels et encourageons le recours aux recettes à base de produits locaux bon marché, pour prévenir ou soigner la malnutrition » souligne Dr Jean-Pierre Papart, spécialiste des programmes de santé à Tdh. La grande organisation suisse d’aide à l’enfance conseille et appuie plus de 780'000 enfants et proches, de l’Equateur au Népal, en passant par les Territoires palestiniens occupés. Ses solutions font référence, résolument orientées vers l’autonomie des communautés.
Au Burkina Faso, dans deux districts éloignés, Tdh a pu améliorer les soins, en renforçant les postes et centres sanitaires mais en assurant aussi des soins gratuits aux familles démunies. Les dépistages systématiques, la vaccination, les démonstrations culinaires, la remise de vitamines et de compléments alimentaires naturels font reculer la faim. Sur près de 11'000 enfants soignés pour malnutrition aiguë sévère, plus de 88% ont pu être rétablis, tandis que 93% des 9'000 garçons et filles atteints de la forme modérée ont guéri l’an dernier. La réussite est même plus grande en Guinée, puisque 95% des enfants de moins de cinq ans qui enduraient une malnutrition aiguë modérée ont retrouvé une croissance normale de leur poids.

Au nord du Bangladesh, dans la région de Kurigram, 15'000 familles ont vu s’améliorer leur santé et leur état nutritionnel grâce aux mesures préventives mises en place. La proportion d’enfants trop maigres est trois fois moindre que dans les zones où Tdh ne peut intervenir.



La campagne de Terre des hommes - aide à l’enfance se poursuit jusqu’au 16 octobre 2010. 1200 affiches, 3,8 millions d’appels aux ménages du pays, reportages diffusés sur les télévisions publiques sensibilisent la population. Le site www.tdh.ch rend compte de l’action de Tdh dans quinze pays. Par ailleurs, près de 500 restaurants verseront aux programmes nutritionnels de Tdh une part de leur recette du samedi 16 octobre, journée mondiale de l’alimentation.